Bienvenue sur le site du Yacht Club Boulonnais

Pratiquer la voile à Boulogne sur Mer, c'est facile et accessible.
Le YCB vous accueille dans une école de voile labelisée Fédération Française de Voile avec un club de voile légère, un club habitable, des stages (débutant et perfectionnement) et de la voile scolaire tout au long de l'année.
Toute l'équipe du YCB vous attend pour vous faire découvrir les plaisirs de la voile et vous faire progresser. Planche à voile, catamaran, optimiste, voilier...
N'hésitez pas à nous contacter pour toutes demandes.

9
décembre

La Dernière régate de 2016 !

Ecrit par cricri

Merci à tous pour avoir travaillé efficacement à la Communication du Club en 2016 et notamment :  Pierre et son blog actif http://www.globepharma.org/ , Benjamin et ses nombreuses photos sur le facebook du Club , Ferréol et ses magnifiques récits et Merci aussi à Cyril et Sam d’avoir remis en route notre site ! Rejoignez nous, si vous le désirez, pour nous faire partager vos écrits, photos, vidéos etc ! Le Club c’est toi, c’est moi, c’est vous, c’est nous quoi !

🙂

Merci à La Semaine dans le Boulonnais – especially Stéphane – et la Voix du Nord – especially Philippe – pour continuer à diffuser nos articles !

Et Merci à la Mairie de Boulogne, la CAB, l’Office de Tourisme, la Ligue les Hauts de France et le Yachting de la Côte d’Opale pour relayer les infos du Club !

Le Yacht Club Boulonnais vous souhaite à tous d’excellentes fêtes de fin d’année ! ! !

et pour bien finir l’année… Go to London avec  » le Cul salé  » !

30
novembre

Semaine dans le Boulonnais du 30 novembre

Ecrit par cricri

skm_364e16113009330_0001

17
novembre

Route du Beaujolais

Ecrit par cricri

groupe-ycb-2003

La Route du Beaujolais 2016 semble compromise en raison de la météo.

Prévisions : 50 noeuds dimanche ! ! !

Décision aujourd’hui.

Par contre le barbecue de vendredi soir est maintenu : Club House Quai Chanzy Port de Plaisance.

Au menu harengs grillés,  terrine de poisson et saumon farci. Venez nombreux on vous attend.

Il y aura même du Beaujolais nouveau!!!!!

3
novembre

Une régate n’est jamais finie !

Ecrit par cricri

i

Encore un très bel écrit de Ferréol Château à propos de la régate n°3 du Challenge Pierre-Etienne Quehen du YCB.
Ce texte est illustré par les photos prises par les équipages des voiliers Mistho, Colbart et Doucefolie2. 

Nul doute que notre PEQ aurait apprécié cette splendide course par petit temps !

Merci et bravo à tous ! ! !

 

Une régate n’est jamais finie !

Dictons du jour en forme de teasing, entendus sur les pontons boulonnais:  « En mer, on sait quand on part, on ne sait jamais quand on revient.. »  « une course n’est jamais au grand jamais finie avant la ligne d’arrivée, surtout quand il n’y a pas de vent et du courant.. »
Incroyable comme les régates se suivent et ne se ressemblent pas! Alors que les voiliers ont affronté la dernière fois des conditions dantesques, couchés par le vent, ballotés par les flots, c’est un tout autre registre aussi dingue qui nous attend aujourd’hui. Un registre parfois plus difficile qu’un coup de vent, un registre stressant et inquiétant, un registre ou la patience atteint ses limites lorsque la course devient folle, un registre diabolique, j’ai nommé…la pétole. Ou la molle, le sans vent, le pas de vent, le mou, le néant…
depart
Bref il fait beau, doux, et 4 nœuds de vent sur la ligne de départ de la dernière manche de l’année de la première Coupe Pierre-Etienne Quéhen. Pas moins de 5 bateaux présents mais pas d’Open 570 (fin de la saison je crois?), dommage car c’est aussi l’intérêt des régates du samedi après-midi, de créer un rapprochement et de l’émulation sur la ligne ! Douce Folie 2 a mis son grand génois, Colbard aussi, le grand Surprise Chicago est de retour, j’envoie sur Mistho un code 0 et Pierre-Jean à bord d’Atlantis Meris nous concocte « un parcours novateur », ATT, Ophélie, Arrivée, et envoie une belle procédure dans la foulée.
Les fauves sont lâchés.. tranquillement, pointés à 1 ou 2 nœuds dans 3 nœuds de vent erratique plutôt sud-ouest d’abord. Je privilégie la vitesse et part au largue serré sous la route, quand les autres restent au plus près du vent en route quasi direct. C’était sans compter les caprices d’Eol qui varie beaucoup et tend à refuser vers l’ouest, m’obligeant à remettre le solent, route au nord-ouest. La tension est palpable sur le plan d’eau, à la recherche du vent perdu! Finalement je vire en premier et un peu haut, le vent tournant encore un peu, pour me retrouver sur l’autre bord au largue serré à nouveau. J’en profite pour renvoyer le code zéro, en route directe sur ATT. Derrière, Chicago, Colbart puis Douce Folie 2 virent à leur tour, filant aussi vers ATT mais au près. Atlantis Meris a des impératifs et doit malheureusement nous abandonner. Sur l’eau, les écarts en latéral se resserrent mais ayant une meilleure vitesse, je passe ATT avec un peu d’avance sur Chicago, suivi de près par Colbart et un peu plus loin par Douce Folie 2.
Le peu de vent à l’air de rester à l’ouest-nord-ouest, j’affale le code 0 pour envoyer le grand spi, les autres aussi envoient le pépin. Il y a 3 à 4 nœuds de vent, je vais à 3,5 nœuds tracté par les 110m² de la bulle, à la barre, les yeux rivés sur les voiles, l’écoute à la main, priant pour ne pas perdre ce petit souffle qui maintient la toile gonflées et le bateau en vie. Mais quel plaisir lorsqu’une petite risée envoie de la pression dans le bateau, donnant une sensation de glisse intense alors que l’on est qu’à 4 nœuds!
29-octobre-16
Le courant descendant commence à nous pousser vers le sud et Ophélie, ou j’empanne en tombant dans la molle redoutée! les voiles battent mollement, et peinent à reprendre de l’air. Je constate avec anxiété que je n’avance plus par rapport à la bouée, étalant tout juste le courant que j’ai maintenant dans la figure, les autres revenant fond de train! Vais-je devoir mouiller pour éviter de reculer? Finalement, un filé d’air revient et me permet de repartir vers le caisson. Derrière, Chicago enroule Ophélie, toujours suivi de près par Colbart puis Douce Folie 2.
Ce dernier bord se révèle crucial, face au courant forcissant, surtout que le vent nous joue des tours et refuse à nouveau de plus en plus vers le nord, m’obligeant à lofer au maximum du spi.  Que faire, renvoyer le solent tout de suite pour assurer le bord? ou rester sous spi pour faire de la vitesse face au courant et profiter des aléas du vent pour remonter un maximum? je choisis la deuxième option, en déroulant quand même le solent sous spi au moment de longer le caisson pour me donner le petit plus qui me fait passer tout juste, ouf!! Mistho franchit la ligne après 2h22min58s d’une course haletante!
29-octobre
Derrière, c’est « le bord le plus long » et rien n’est joué! Les trois bateaux ont affalé assez tôt leur spi et progressent maintenant au près serré. Colbart a anticipé après Ophélie en serrant tout de suite le vent et se trouve plus au large, espérant rallier la ligne d’un bord malgré le courant. Chicago et Douce Folie 2, plus abattu au départ, vont arriver à terre avant la rade, le long de la digue sud. Tout mène à penser que Colbart est le mieux placé pour enfin l’emporter… Hélas, trois fois hélas pour lui, Douce Folie 2, alors en queue de peloton, arrive au ras de la digue sud en premier et, protégé du courant, attrape une veine de vent et se lance dans un magnifique tricotage au ras des moules de la digue, laissant sur place Chicago, encore un peu trop au large! Non content de son option, le bateau aussi rouge que le superbe soleil couchant effectue la remontée la plus fumante de l’année, persévérant ses bords dans la rade à l’abri du courant, ne ressortant que pour enrouler le caisson au plus près et franchissant la ligne après plus de 3h de course, 10 et 20 minutes devant les deux autres alors qu’il en avait autant de retard après la dernière bouée! C’est beau! Chicago, dans sa lancée, passe troisième, suivi de Colbart, décidément malheureux dans les derniers bords! Quelle course!
Au classement en compensé, Mistho remporte la régate, Douce Folie 2 est deuxième, Colbart troisième, Chicago quatrième et Atlantis Meris cinquième!
ferr
Nous rentrons finalement au port dans le calme de cette belle soirée, des images plein les yeux, des stratégies plein les neurones et des rêves plein la tête 🙂
……………………………………………………
……………………………………………………
……………………………………………………
Et voici le beau résumé de Pierre :

21
octobre

Appel à Cotisations 2017

Ecrit par cricri

ycb-2015    gpico2010 open-bl-5

 

                                                                                                                                   Vous aimez votre Club ? 
Dès maintenant, mettez vous à jour de votre cotisation 2017 ! ! !
Licence 55€, adhésion 95€, total : 150€ /personne.
Contacts :
Benjamin Decourtet
Directeur de l’école de voile
 


ycb
Yacht Club Boulonnais
234 Bd Sainte-Beuve

BP 471
62206 BOULOGNE SUR MER

03 21 31 80 67/ 06 20 39 71 26

chefdebase@ycb.fr

Horaires d’ouvertures :
Du mardi au samedi de 09h00 à 12h30 et de 14h00 à 17h30

 

18
octobre

Régate d’entraînements du YCB : Islandais n°8 du 16 octobre

Ecrit par cricri

3 Commentaires »

Très beau film de Monsieur Pierre Claeyssen ( 1097155V )

Très beau texte de Monsieur Ferréol Chateau ( 1144106C )

Il parait…
Il parait que l’aventure n’est plus au coin de la rue..
Il parait qu’une régate ne peut-être donnée quand il y a trop de vent..
Il parait qu’il n’y a plus guère qu’un Fastnet ou un Vendée Globe pour rencontrer plus de 30 nœuds en course..
Il parait qu’il y a 15 nœuds dehors dixit Pierre-Jean avant la course. Il l’a lu, parait-il, dans l’œil torve d’un Goéland Boulonnais qui achevait, tranquille, de repeindre les pontons du bassin à flot..
Il parait même qu’il y a un vrai Marsouin (sisi!) qui se ballade sur la ligne de départ de l’Islandais pour saluer les 5 concurrents..
Il parait que, quand il y a déjà des claques à 27 nœuds dans la rade par vent de SE, on évite surtout de penser à envoyer un spi pour partir grand largue vers ATT, sous peine d’arracher quelques mousquetons d’écoutes, envoyant la voile battre la chamade sous le regard inquiet de l’équipage du mythique bateau rouge..
Il parait que lorsqu’on prend une rafale à 35 nœuds à bord d’un J109, on évite aussi d’aller border préventivement le solent juste avant ATT pour anticiper le bord de près vers Ophélie. A l’inverse de conditions plus calmes, le départ au lof est instantané, parait-il, et la grand voile a beau être choquée en très grand, il repart au lof sans hésiter, préférant se retrouver face au vent violent et à la mer creusée, sans plus d’aire ni de gouvernail, reculant même dangereusement vers la bouée.
Il parait même que Mistho a du déclencher 5 secondes de moteur par pure sécurité pour se tirer de se mauvais engagement et faire basculer le bateau du bon côté, laissant ensuite passer Colbart, White Pearl et Atlantis Meris pour enfin arrondir ATT correctement..
Il parait que le moteur est interdit en course..
Il parait que la sagesse et les 30 nœuds établis avec l’impossibilité de réduire la toile correctement a eu raison de White Pearl après la première marque..
Il parait que Colbart a, lui, bien anticipé le vent montant et a fait un magnifique louvoyage, parfaitement calé sous 2 ris et solent à 1 ris, passant en tête à Ophélie..
Il parait que Douce folie 2 est un bateau extraordinaire, grand voile haute et foc bordés à fond quoiqu’il arrive, fendant l’écume et faisant fi des plus violentes rafales.. Il parait d’ailleurs qu’il a une nouvelle arme de guerre, lui permettant de balancer plus de 300kg d’un coup au rappel..
Il parait qu’Atlantis Meris a été héroïque jusqu’au bout pour sa toute première régate, pour son baptême du feu devrait on dire, malgré un manque à viré,  « le seul qu’il ne fallait pas rater » d’après Pierre-Jean..
Il parait que Mistho a fait un surf à 12 nœuds sous GV 1 ris et solent, dans le retour vers ATT, passant la bouée juste après Colbart et un peu avant Douce folie 2..
Il parait que la manche est une mer difficile, surtout avec du courant montant et 108 de coefficient..
Il parait que Colbart a fait deux erreurs, d’après Jean-Pierre, sur cet ultime bord, alors qu’il touchait du balcon avant la victoire. A la barre d’abord, en tombant un peu trop après ATT, puis, le vent étant redescendu dans les 25 nœuds, un renvoi du ris du solent difficile suivit d’un bord face au courant « qui fait mal », quand Mistho et DF2 ont continué à terre avant de virer vers la ligne..
Il parait que Mistho a conclu cette incroyable régate en 1h26m02s, suivie de Douce folie 2, 1h35m47s, puis Colbart, 1h42m16s et Atlantis Meris en 2h15m56s
Il parait que tout le monde était là pour boire un coup et qu’il faisait bon regarder les yeux salés et complices de ceux qui ont vécu quelque chose..
Il parait que c’est DF2, impérial malgré le spi, qui a remporté la timbale, suivi de Mistho, Colbart et Atlantis meris
Il parait que le moteur est toujours interdit en régate et que Mistho devrait peut-être être DSQ, c’est la course! 🙂
Il parait qu’il y a eu une sacrée régate au YCB dimanche dernier.
Il parait que c’était dingue et qu’on en parlera encore dans 20 ans…
Il parait que l’aventure n’est plus au coin de la rue…
Il parait…

N’hésitez pas vous aussi à nous envoyer vos photos, vidéos, textes divers et variés… à propos de vos régates, croisières ou autres plaisirs sur l’eau.  Le YCB pour Tous, Tous pour le YCB !

13
octobre

Les Victoires commencent dans les Clubs !

Ecrit par cricri

skm_364e16101310110_0001

10
octobre

Rassemblement Finale Open de Ligue des Hauts de France

Ecrit par cricri

rassemblement

Enorme succès pour les régates des 8 et 9 octobre même si le vent a manqué le dimanche : 70 coureurs dans la Rade de Boulogne et une quarantaine de planchistes devant Wimereux !

 

 

ycb-feva

Voici les résultats de nos coureurs :

SENAME Victor se classe 23ème en Bic 293.

TERRIER Pauline et DELARUE Antoine font 2ème en Feva, suivis par DABAS Hugo et LEFEBVRE Arthur 3ème.

 

En Optimist, EUGENE Thomas est 23ème, BRESSON Edouard 30ème.

Bravo à tous !

rasse

 

 

7
octobre

Rêve Islandais

Ecrit par cricri

14601117_10154144141728710_1273328130740952851_n
Rêve Islandais
Il y a des jours comme ça, ou en passant la tête dehors de bon matin, on est saisi par l’air frais et pur du vent de nord-ouest. Un de ces temps à vous arracher un sourire de bien être, à vous faire respirer à plein poumon. C’est ce que j’ai ressenti ce dimanche matin, en sortant du bateau où j’avais dormi, et après une nuit assez agitée, qui m’aura couté quelques points de permis, un pantalon et le passage du bateau à 1h30 du matin sous la pluie battante pour l’amour de la voile en mer…
La vue de Cricri sur Douce Folie 2 et de Colbart à côté me donne aussi le sourire, on sera au moins trois bateaux, et pas des moindres, au départ de l’Islandais. Il n’y a rien à faire, ces dimanches matins de régate me font toujours la même petite excitation, cette même petite montée d’adrénaline à l’approche du départ de la course qu’il faut réussir au mieux. Même avec trois bateaux, je me prépare au combat, au courant, au vent, j ‘hume l’air du temps et j’affine les écoutes. J’ai toujours connu les Islandais, et déjà, petit, je venais parfois et je rêvais en voyant tous ces navires fringants dont on sent qu’ils ont écumé les vagues, et les marins hirsutes en ciré et aux regards brillants, goguenards les uns les autres en racontant déjà leur course! C’est fou ce qu’on peut avoir envie de refaire la régate au ponton, c’est quand même signe de belles histoires, non?  Je rêvais devant JP la classe qui menait son bar tambour battant, et je rêvais devant tous les bateaux du club et notamment O’marilou, un JOD 35 que je trouvais très beau, avec son mat si élancé et sa large carène. A l’époque, il me paraissait impossible de pouvoir m’embarquer un jour sur de tels bateaux de course, alors si le club en avait eu un, vous imaginez?…
Bref je m’égare, c’est donc avec un immense plaisir que nous prenons la mer aujourd’hui, en compagnie de l’ami Toto, pour un beau parcours par ce nord ouest vers ATT, Bassure et retour par ATT. On est cueilli à la sortie par un bon 20 nœuds dans la rade qui fait claquer les voiles et cisèle l’horizon. Colbart a pris un ris, Douce Folie a sorti un foc, nous partons grand voile haute et solent, patara à fond. La ligne est logiquement assez large pour nos trois bateaux mais nous prenons tous un beau départ, bien envoyé à la VHF par Douce Folie, alignés tribord amure. Le premier bord de près est assez compliqué pour nous, ayant du mal à lancer le bateau dans ce gros clapot creux et croisé, et on se vautre un peu dans les rafales qui dépassent les 25 nœuds. Après quelques réglages, ça va mieux. Douce Folie et Colbart ont l’air bien, ce dernier vire en premier pour se recaler à droite du plan d’eau, bientôt suivi par Douce Folie. Nous choisissons de rester tribord amure jusqu’à la layline, bord rapprochant mais travers au courant de nord faiblissant. Ca paye plutôt bien, nous virons ATT en tête avec un peu d’avance et partons vers Bassure au bon plein bâbord. Douce Folie trouve une bonne layline de son côté et passe en deuxième, Colbart suivant peu après. Le bord vers Bassure est assez rodéo pour nous dans les grosses rafales, on prend un ris pour soulager un peu le bateau à cette allure puissante et éviter à la GV de battre la chamade. Le ciel se déchire pour laisser passer les rayons du soleil qui viennent irradier une mer virant au vert émeraude surmontée de crêtes blanches illuminées. C’est beau, ça fume parfois de l’étrave au cockpit, c’est magnifiquement sauvage! Nous virons Bassure et larguons le ris pour revenir au largue vers ATT à plus de 8 nœuds. Nous croisons DF2 toujours devant Colbart, bien gité comme il se doit. Nous creusons les voiles et déboulons à la bouée pour un ultime bord au grand largue vers le caisson et l’arrivée que nous franchissons après 1h52 de course. Derrière, la compétition fait rage, le vaillant Colbart ayant largué aussi son ris après Bassure, revient à hauteur de Douce Folie et le dépasse juste avant ATT. Néanmoins, le super Arlequin voit rouge et ne se laisse pas distancer facilement, franchissant la ligne trois minutes seulement après Colbart et 20min après Mistho. Avec plus de 2h de course, le classement en compensé s’annonce serré!
Deux petits bord pour traverser la rade et nous rentrons au port, plein d’air frais et d’embruns, l’esprit encore en mer, vagabondant sur nos beaux bateaux…  Nous rêvons déjà de la prochaine fois! 😉
PS: Je rêvais donc, étant petit, devant le bar fumant du club et l’annonce des résultats suspens.. Aujourd’hui, on s’est senti un peu seul malgré la gentillesse et les excellents croques de la patronne..  Tout le monde a des impératifs mais que l’équipage ou même un membre de celui ci passe 5 ou 10 minutes rien que pour donner son temps et se réhydrater, ça laisserait le temps de faire le classement scratch et de l’annoncer…pour le meilleur et pour le pire! 😉
Ferréol Château
Mistho
YCB
18
décembre

Assemblée Générale 2015

Ecrit par ycb

Boulogne-sur-mer, le 14 décembre 2015

Chers membres du Yacht Club Boulonnais, chers amis,

J’ai l’honneur de vous convier à un moment essentiel de la vie associative l’Assemblée Générale du Yacht Club Boulonnais qui se tiendra :

Le Samedi 23 Janvier 2016 à partir de 15h00
au Club Léger, 234 Bd Sainte Beuve à Boulogne-sur-mer

Ordre du jour :
– Accueil des personnalités
– Approbation du PV de l’AG 2014
– Rapport moral 2015
– Rapports d’activités 2015
– Rapport financier 2015
– Prévisions 2016

Venez nombreux montrer votre attachement à votre club et son fonctionnement associatif.
Rejoignez les rangs du comité, pour amener votre vision, vos idées ou tout simplement pour filer un coup de main.
Dans l’attente de vous y retrouver, je vous prie de recevoir mes meilleures salutations sportives.

Ludovic MELNYK
Président du Yacht Club Boulonnais.

234, Boulevard Sainte Beuve
62200 Boulogne-sur-mer
03 21 31 80 67 / 06 20 39 71 26
ycb.gambetta@aliceadsl.fr

Télécharger la convocation

Prenez également connaissance des tarifs pour les cotisations 2016.
Tarifs des cotisations 2016
Et enfin, retrouvez le programme des compétitions de l’année à venir.
Programme des régates 2016